Éditions Arfuyen

Littérature, Spiritualité, Sciences humaines, Alsace

Accueil > Actualités > Dévoilement d’une plaque à la mémoire de Marcel Weinum, le vendredi 5 décembre (...)

Dévoilement d’une plaque à la mémoire de Marcel Weinum, le vendredi 5 décembre 2008 à Strasbourg

lundi 8 août 2011

 Une plaque à la mémoire de Marcel Weinum et de ses 24 camarades du réseau de Résistance alsacien « La Main Noire » sera dévoilée le vendredi 5 décembre 2008 à 14 h 30 par M. Roland Ries, maire de Strasbourg, en présence de Jean-Jacques Bastian, l’un des cinq survivants de cette extraordinaire aventure, pourtant presque totalement reléguée dans l’oubli jusqu’à la parution en octobre 2007 du livre Marcel Weinum et la Main Noire (Arfuyen, coll. Les Carnets Spirituels, livre publié sous la direction de Gérard Pfister). Cette plaque en grès des Vosges sera posée à l’entrée du Collège épiscopal Saint-Étienne, place Saint-Étienne, là même où Marcel Weinum et ses camarades de la maîtrise de la Cathédrale de Strasbourg – alors fermée au culte par les nazis – en donnèrent l’impulsion, dès septembre 1940. Ces garçons étaient, rappelons-le, tous fils d’ouvriers : cheminots, traminots, électriciens... Parmi leurs parents aucun dont l’attitude politique ait pu les influencer. D’ailleurs, pour la quasi totalité, ils n’étaient pas même au courant des activités de résistance de leurs enfants. Quant à ces jeunes, ils étaient tous eux-mêmes apprentis : futurs boulangers, mécaniciens, dessinateurs... Et à leurs côtés pas un adulte – professeur ou religieux – pour les inspirer ou les conseiller. Le premier d’entre eux, l’orphelin polonais Ceslaw Sieradzki fut abattu à bout portant en décembre 1941, non loin du camp de Schirmeck. Quant à Marcel Weinum, jugé avec 9 de ses camarades par un Tribunal spécial à Strasbourg, il fut condamné à mort par les nazis et décapité à Stuttgart en avril 1942.
 Le texte de la plaque – qui avait été présenté en octobre 2007 lors d ’une réception donnée par Robert Grossmann à l’Hôtel de ville en l’honneur des survivants de la Main Noire – sera le suivant : « En septembre 1940 / à l’initiative d’élèves de la maîtrise de la cathédrale / 25 garçons de 14 à 16 ans / ont créé ici l’un des premiers réseaux de résistance en Alsace / LA MAIN NOIRE / Arrêté par la Gestapo avec ses camarades, / leur chef, Marcel Weinum, a été condamné à mort / et décapité le 14 avril 1942. Il avait 18 ans. / « Si je dois mourir, je meurs avec un cœur pur. M.W. »